photos (C) Frédérique Ribis – Jeppe Hein, Path of emotions, 2018, Fondation Carmignac – Porquerolles, été 2019.

 

« Dans la vaste syntaxe du monde, les êtres différents s’ajustent les uns aux autres ; la plante communique avec la bête, la terre avec la mer, l’homme avec tout ce qui l’entoure. […] Par ce rapport  d’émulation, les choses peuvent s’imiter d’un bout à l’autre de l’univers […] : par sa réduplication en miroir, le monde abolit la distance qui lui est propre ; il triomphe par là du lieu qui est donné à chaque chose. De ces reflets qui parcourent l’espace, quels sont les premiers ? Où est la réalité, où est l’image projetée ? »
Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, p.33-35
cité par Jonathan Crary, Techniques de l’observateur  – Vision et modernité au XIXème siècle, Editions Dehors,Paris, 2016, p.75.
photos (C) Frédérique Ribis – Fondation Carmignac – Porquerolles, été 2019.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest