Printemps-été 2017,
je suivais un stage à l’AMACCA de la Roya,
en vue de l’obtention d’un Master 1 Mention Administration des Institutions Culturelles (Aix Marseille Université).

Il m’a fallu « préciser ces formes d’engagement et de résistance productrices d’extériorité […] un régime d’actions conduit par l’écart. L’écart implique d’être à la fois dedans et dehors : […] incorporé dans un dedans insatisfaisant. Le geste de l’écart est en premier lieu celui de l’élaboration des conditions d’un passage entre ce dedans et les possibilités d’en sortir, il est le décentrement vers le dehors pour accéder à d’autres lieux de possibilités » (Alexandre SOUCAILLE, « Chemin faisant en région sauvage », dir. de rédaction Yann Moulier Boutang, revue Multitudes N°30, Réseaux autochtones, Editions Amsterdam, Paris, automne 2007, p.114).


Ci-suit l’avant propos et l’introduction du
Mémoire action-recherche qui en a découlé. 

Download (PDF, 762KB)

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest