“Toi qui a un nom, toi qui est doué d’identité, je t’aime d’un amour infini (…) je t’aime plus loin que toi. (…) j’aime quiconque entendra que je crie que je t’aime. (…) Depuis 30000 ans, je crie devant la mer… un spectre blanc. Je suis celui qui criait qui t’aimait, toi.”
EXTRAITS du film Les mains négatives de Marguerite Duras 1967
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest